Vie du Club

En direct de Bercy

Alexandra, Darine et Thais en direct de Bercy

Réveil 6h15, il fait encore nuit. On est dimanche mais pas de souci pour se réveiller. Aujourd’hui, direction Accorhotels Arena. Vite pas de temps à perdre la douche, le petit déj et nous voilà parties. Le train, le métro, trop pressées, Alexandra à cheval sur deux marches d’escalator perd l’équilibre mais se rattrape, ce n’est pas le moment de finir aux urgences !

Arrivées à l’Arena, une file, non plusieurs files d’attente, la sécurité prévient « pas de bouchon sur les bouteilles », on se regarde, les bouchons disparaissent. Qui voudrait lancer des projectiles, nous, nous sommes là pour voir du judo !

Enfin nous arrivons. Oh que c’est haut. Nous sommes assises tout en haut des gradins, ce n’est pas grave nous avons une bonne vue.

Prises par l’ambiance, on encourage, on s’époumone, on siffle. Pas toujours d’accord avec l’arbitrage. Il est vrai qu’une fois encore les règles d’arbitrage ont changé ! La matinée passe comme par magie.

Il faut reprendre des forces et se dégourdir un peu les jambes, bonjour à quelques têtes connues venues partager le même moment d’intensité. Nancy, notre fée judo, est présente pour ce grand rendez-vous qu’elle ne manquerait pour rien au monde. Elle nous a ménagé une surprise avec Vincent. Nous allons pouvoir approcher de près nos champions. Un peu timide, Thais demande si elle peut être prise en photo avec Cyrille Maret qui se prête volontiers au jeu.

Avant la reprise des combats, la FFJDA rend honneur à d’anciennes judokates et Teddy Riner, acclamé en héros se fait le porte-parole pour les jeux olympiques de 2024. Bercy entonne la Marseillaise à Cappella, les mouchoirs ne sont pas loin…

Et puis c’est l’après midi, les choses sérieuses commencent, on réduit les tapis à deux surfaces de combat, on installe des coussins pour les photographes armés de téléobjectifs impressionnants. 

Il reste des français dans presque toutes les catégories, les spectateurs scandent les prénoms des judokas, tapent des pieds et nous ne sommes pas les dernières à  les encourager. Qu’ils aient gagné ou perdu, ils sortent sous les applaudissements! Chauvins, non juste un peu ! Les places de 3, les finales et les podiums s’enchaînent. En fin de journée, nous pouvons descendre de notre pigeonnier, en ligne droite au-dessus des fauteuils, afin de voir les podiums de plus près.

Une journée mémorable ! Merci au Cercle Mikage Judo de Meaux qui nous a permis de passer un moment extraordinaire.

Informations supplémentaires